Fibrillation auriculaire : comment la détecter à temps ?

Publié le : 13 décembre 20215 mins de lecture

Un rythme cardiaque irrégulier, des vertiges, une sensation d’évanouissement, mais aussi un essoufflement et des douleurs thoraciques, ou aucun symptôme : la présentation de la fibrillation auriculaire, une altération courante du rythme cardiaque normal qui touche environ 1 à 3 de la population en Europe, n’est pas toujours la même.

La prévalence mondiale de cette arythmie était estimée, principalement chez les hommes âgés présentant des comorbidités, telles que l’hypertension, une cardiopathie valvulaire ou ischémique, une insuffisance cardiaque, l’obésité, le diabète sucré, une maladie thyroïdienne, une insuffisance rénale ou une maladie respiratoire chronique.

On estime qu’une personne sur quatre âgée de plus de 40 ans risque de souffrir de fibrillation auriculaire dans les années à venir. Cette arythmie peut commencer par une forme transitoire et isolée, de courte durée et autolimitée, ou bien elle peut montrer une tendance à la récurrence, devenant plus fréquente ou durable, jusqu’à devenir chronique, comme on l’observe le plus souvent chez le patient âgé.

Quels sont les symptômes de la fibrillation auriculaire ?

La principale caractéristique de la fibrillation auriculaire est l’irrégularité du rythme cardiaque. Dans ce contexte, bien que le cœur puisse continuer à exercer sa fonction de pompe, l’absence de contraction coordonnée dans les oreillettes favorise la formation de caillots à ce niveau, avec le risque que des fragments relatifs (emboles) se détachent et soient transportés à distance par la circulation sanguine, finissant par obstruer des artères de calibre insuffisant pour leur passage, avec des dommages aux tissus qui ne reçoivent plus d’oxygène et de nourriture.

Si l’obstruction concerne les vaisseaux sanguins cérébraux, le tableau clinique sera celui d’un accident ischémique transitoire (AIT) ou d’un accident vasculaire cérébral (AVC), selon la durée et la gravité des symptômes neurologiques.

La vitesse du rythme cardiaque irrégulier affecte également la tolérance de l’arythmie et ses autres complications possibles, telles que l’insuffisance cardiaque et la mort subite. Les troubles cognitifs, la réduction de la qualité de vie et les hospitalisations fréquentes sont d’autres caractéristiques possibles de cette affection.

À l’échelle mondiale, on estime que le risque de mortalité toutes causes confondues en présence de fibrillation auriculaire est multiplié par deux chez les femmes et par 1,5 chez les hommes.

Mais comment reconnaître la présence de cette arythmie courante, surtout lorsqu’elle est silencieuse, et prévenir les complications redoutées ?

La réalisation d’un électrocardiogramme (ECG) est une méthode efficace, pratique et non invasive pour documenter la présence d’anomalies du rythme cardiaque, notamment la fibrillation auriculaire.

Il a été observé que le dépistage en population permet de détecter un cas de fibrillation auriculaire asymptomatique pour 70 personnes de plus de 65 ans soumises à un enregistrement ECG.

Cette évaluation est donc particulièrement appropriée pour les personnes présentant des caractéristiques à risque pour la fibrillation auriculaire, comme l’âge

Une surveillance continue du rythme cardiaque pendant 24 à 72 heures (Holter ECG) peut être nécessaire si l’on soupçonne une forme intermittente d’arythmie, qui ne peut être détectée par un enregistrement électrocardiographique standard.

Il est donc essentiel d’agir sur les causes de la fibrillation auriculaire : la prévention et le traitement des conditions favorables sont la meilleure défense contre le risque de cette arythmie.

À cette fin, les lignes directrices recommandent une approche médicale multidisciplinaire intégrée, qui identifie les stratégies thérapeutiques les plus appropriées, en définissant la nécessité d’un traitement anticoagulant en fonction du risque estimé d’accident vasculaire cérébral et en optant pour un contrôle de la fréquence cardiaque ou pour la tentative de rétablir et de préserver le rythme sinusal normal, selon les caractéristiques du patient.

Ces derniers doivent participer activement au processus de traitement, être correctement informés des stratégies préventives appropriées et des mesures qui se sont avérées les plus efficaces pour préserver une bonne santé cardiovasculaire à long terme.

Plan du site